Cathedrale Saint-Jean de Besançon

Accédez à l'agenda Cliquez ici


Sainte Catherine d’Alexandrie

Malines (Anciens Pays-Bas méridionaux), vers 1515-1525

Bois de noyer polychromé, H. 30 cm ; L. 11 cm ; Pr. 5,5 cm

Cette statuette, représentant sainte Catherine d'Alexandrie, est caractéristique de la production en série de statuettes à Malines dans les années 1515-1525.

Conçues d’après des schémas établis, dans le cadre du travail règlementé par la guilde malinoise, ces statuettes comptent parmi les témoins essentiels du phénomène de la production artistique en série au Moyen-Age.

Elle porte au revers la marque de Malines brûlée dans le bois (les trois pals des armes de la ville) qui garantit la qualité de l’exécution et du bois utilisé.

Des statuettes en bois de noyer polychromé représentant des Vierges à l’enfant, des saintes, des saints et l’Enfant Jésus ont été réalisées par centaines à Malines, Bruxelles et Anvers au début du XVIe siècle. Ces petites figurines, entre 30 et 37 cm, taillées dans une seule pièce de bois étaient destinées à la dévotion privée et furent largement diffusées en Europe.

Le style, l’iconographie, le type féminin ou encore la recherche dans le costume de cette statuette correspondent bien à la production malinoise.

Ces statuettes sont reconnaissables à leurs visages poupins – grand front, joues pleines, yeux en amande, paupières bombées, petit nez, bouche menue – qui ont largement contribué à leur célébrité.

La répétition de mêmes modèles permettait d’exécuter les œuvres rapidement et à moindre prix. Cependant la production en masse n’interdit pas la variété des interprétations et la différence dans la qualité de représentation.



Cette sainte Catherine se reconnait à ses attributs: les habits royaux, la palme des martyrs, le livre (illustration de son érudition), l'épée avec laquelle elle a été décapitée et à ses pieds des cadavres de philosophes païens tués par l'empereur.



Laïcs et religieux, personnes de haut rang, de niveau aisé ou plus modeste, ont pu acquérir de telles statuettes. Aujourd’hui, l’Institut Royal du Patrimoine artistique à Bruxelles recense encore plus de six cents témoins de cette production en série dans le monde.

Source : GUILLOT DE SUDUIRAUT Sophie, LANCESTREMERE Christine. La production de statuettes à Malines au début du XVIe siècle (vers 1500-1525/1530). In : TOMASI Michele. L’art multiplié. Production de masse, en série, pour le marché dans les arts entre Moyen Âge.


retourner en haut de la page