Cathedrale Saint-Jean de Besançon

Accédez à l'agenda Cliquez ici


Tombeau de Ferry Carondelet et
statues des saints Ferreol et Ferjeux, 1543

Attribuées à Michel Scherrier, Bruges

Statues : Albâtre (H. 1,29 et 1,23 mètres)

Tombeau : Marbre

Envoyés par saint Irénée de Lyon pour évangéliser la Franche-Comté au IIe siècle, Saint Ferréol et son frère saint Ferjeux sont morts en martyrs.



Ferry Carondelet (1473-1528) était membre d'une famille franc-comtoise influente partie s'établir dans les Flandres au service de l'empereur du Saint Empire. Il fut chanoine au Chapitre de Saint-Jean et abbé comandataire de l’abbaye de Montbenoît.

Le tombeau de Ferry Carondelet présente un décor influencé par la Renaissance italienne.


Le gisant tient un livre à la main, symbole de la parole de Dieu.


On observe un fort contraste entre la paix du gisant, et la dimension tragique de la mort dans la partie inférieure.


Les deux statues des martyrs bisontins et le tombeau étaient élévés primitivement dans l’église Saint-Etienne de Besançon. Lors de la destruction de cette église, pour la construction de la Citadelle, cet ensemble a été transféré à la Cathédrale Saint-Jean.
En 1905, les statues furent confisquées à l’Archevêché en application de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Ce dernier les déposa au Musée des Beaux Arts et d’Archéologie de Besançon en 1909.
Du fait de la fermeture pour travaux de ce musée en avril 2014, la Cathédrale Saint-Jean a demandé le dépôt des statues de saint Ferréol et saint Ferjeux. Depuis le 18 juin 2014, l’œuvre de Michel Scherrier a retrouvé son unité.


Saint Ferjeux, diacre, et son frère saint Ferréol, prêtre.
Les deux saints portent dans leur main une palme, symbole de la gloire éternelle de ceux qui ont souffert jusqu'à mourir pour leur foi.



Une représentation de saint Pierre orne l'orfroi de la chasuble de saint Ferreol

retourner en haut de la page